Clotilde ROLLAND       Naturopathe-Iridologue

Prenez naturellement en charge votre santé !

Blog

Blog de Clotilde ROLLAND, Naturopathe-Iridologue.

News de la santé naturelle, coups de coeur et articles ayant traits aux 10 techniques naturopathiques.

L'idée est de publier des articles régulièrement sur des sujets d'actualité, ou des plantes pouvant aider l'humain en santé naturelle. Vous y trouverez aussi des conseils d'hygiène de vie, un peu de philosophie et mes coups de coeur littéraires ! 

Cette page est un lieu de connaissances et de partages, vous y êtes les bienvenus dans vos commentaires, avec respect et bienveillance. :)

Ce blog, c'est moi et c'est vous.


Bonne lecture !

afficher :  plein / résumé

Mieux comprendre l'équilibre acido-basique

Publié le 29 novembre 2018 à 9:50 Comments commentaires (0)

Article écrit pour le site La Santé dans l'Assiette

L'équilibre acido-basique, vous en avez peut-être déjà entendu parler, mais cela reste une notion un peu floue pour vous. Petit rappel d'en quoi cet équilibre est si important pour notre corps.


Un équilibre vital


Pour pouvoir vivre et fonctionner correctement, notre corps a besoin de paramètres physiques et chimiques constants dans son milieu intérieur. Nous devons avoir un volume sanguin constant, une température corporelle aux alentours de 37 °C, une bonne pression artérielle, etc. De la même façon, notre corps doit maintenir un taux d'acidité au sein de nos cellules et dans le liquide, le liquide interstitiel, dans lequel elles baignent. Cette acidité est à maintenir dans un état d'équilibre que l'on appelle l'équilibre acido-basique.


On mesure l'acidité grâce à une échelle, le PH, qui va de 0 à 14. Proche de 0 est très acide, proche de 14 est basifiant ou alcalinisant. Plus la solution est acide, plus la valeur du PH baisse.

Pour le sang, sa valeur optimale est de 7,4 au niveau des artères, mais 7,36 au niveau des veines et du liquide intersititiel. Vous voyez, c'est très précis. Dans l'estomac, le PH est de 1,2 à 3 pour la digestion !


L'équilibre acido-basique contribue aux bonnes réactions enzymatiques au sein de notre organisme. Sans un taux de PH correct pour chaque cellule, les réactions ne peuvent pas se produire. Ce sont des phénomènes chimiques.

Ainsi les grandes fonctions biologiques comme la respiration, la digestion, le métabolisme cellulaire, dépendent, entre autres, de ce bon état d'équilibre.


Si l'équilibre acido-basique vient à être perturbé, les cellules ne peuvent plus fonctionner correctement et assumer leur fonction. À terme surgissent des maladies chroniques, souvent graves (fatigue, douleurs musculaires ou articulaires, ostéoporose, calculs rénaux, hypertension artérielle, prise de poids, diabète).


Qu'est-ce qui perturbe l'équilibre acido-basique ?


Déjà il faut savoir que ce sont les substances acidifiantes qui le perturbe.


Tout d'abord, le stress. C'est notre ennemi public numéro un. Stress lié au monde du travail, et au monde familial ensuite. Nos relations avec autrui peuvent générer les plus grands conflits internes de notre corps, ceux que nous avons le plus de mal à endurer.


Ensuite de l'alimentation. Une alimentation inadaptée, trop acidifiante : riche en produits laitiers, les graisses transformées et saturées, les excès de protéines, des aliments à base de blé (glutent) non ou mal digérés et d'une façon générale les céréales, une alimentation pauvre en légumes basifiants, une consommation excessive de sucres (sucre blanc, confiture, sodas, plats préparés, sauces...) et de sel, l'alcool. D'une manière générale, rappelez-vous toujours que c'est l'excès qui nuit en tout. A noter, la prise répétée d'aspirine est elle aussi acidifiante.


Comment conserver et/ou rétablir un bon équilibre acido-basique et combattre l'acidose


Alimentation :

Consommer de nombreux fruits et légumes quotidiennement, entre 5 et 7, c'est une bonne moyenne. Attention les jus de fruits et les soupes industriels ne comptent pas, ils sont souvent préparés avec des additifs (sucre, sel) et les vitamines et minéraux naturellement présentes dans le produit frais ont ici disparues ou se ont vu leur quantité diminuer.

Consommer des huiles végétales bio, en les diversifiant. Eviter le beurre et les huiles de cuisson transformées..

Y aller avec parcimonie sur les produits céréaliers surtout : céréales du petit déjeuner, pizzas, quiches, biscuits, brioches, viennoiseries, galettes de riz. Privilégier au maximum les farines et pâtes semi-complètes.

Préférer les viandes maigres et les poissons gras. Eviter la charcuterie et la viande rouge au maximum.

Eviter les fritures.

Eviter au maximum les yahourts industriels et crèmes desserts et le lait de vache. Privilégier avec modération les fromages blancs et yogourts faits maison en yahourtière. Vous pouvez remplacer le lait de vache par des boissons végétales (riz, avoine, millet, amandes, sarrasin... Attention au soja fortement déconseillé lors de troubles hormonaux et qui peut en favoriser la venue lors d'une grosse consommation).

Eviter les sodas, le jus de tomate, les alcools forts. Café, thé, vin avec modération. Privilégier les tisanes. Buvez suffisament, au moins 1 litre d'eau par jour en fonction de votre activité physique.


Drainage : en cas d'acidose avérée, il peut-être intéressant de mettre en place un drainage phyto, souvent sous forme liquide à boire tout au long de la journée. Il devra impérativement être suivi d'une reminéralisation. Un naturopathe peut vous conseiller.


Activité sportive : conserver une activité sportive régulière est un des pillers pour rester en forme le plus longtemps possible. Le sport permet d'entretenir les articulations, d'évacuer les toxines par le biais de la sueur et de garder une souplesse et une fermeté musculaire. Attention à bien boire et à bien vous étirer pour ne pas conserver des toxines sous forme d'acide lactique, responsable des courbatures.


Moral : comme dit plus haut, le stress est gros générateur d'acidité ! Tous les moyens qui vous permettent d'évacuer le stress sont bons. Lâcher-prise sur votre quotidien, profiter des petits bonheurs et prenez du recul. Le soleil brille toujours derrière les nuages !


A présent, vous savez tout de l'équilibre acido-basique et de comment le conserver. A vous de vous en donner les moyens !


Article écrit par Clotilde ROLLAND, naturopathe-iridologue, conseillère Fleurs de Bach et sylvothérapeute. Www.votrenaturopathe44.com


Source : Equilibre acido-basique. Dr Max ROMBI.


Des tisanes contre le froid

Publié le 29 novembre 2018 à 9:45 Comments commentaires (0)

Quoi de mieux pour se réchauffer et s'immuniser des microbes de l'hiver qu'une tisane ?


Bien chaude, la tisane nous réhydrate car oui en hiver, même si on sur moins, il faut penser à boire quand même ! La tisane nous permet de drainer notre corps naturellement ; grâce au travail ne nos reins nous évacuons les toxines accumulées par notre alimentation, le stress, les déchets organiques et... les virus et les anticorps morts dans cette grande lutte pour la vie au sein de notre organisme ! C'est donc d'autant plus important en hiver. Et puis quel plaisir de coller ses mains contre un mug bien chaud, le nez au ras de la vapeur d'eau qui se dégage (hop hydratation des muqueuses nasales et hammam facial !)


A toute heure de la journée, la tisane est bonne. Le matin elle réveille le corps en douceur. A 11h, c'est une collation légère et apaisante. Après le déjeuner elle remplace le café dans un geste convivial et social. Au goûter, elle accompagne une compote et permet de résister aux tentations du grignotage. Le soir 1h avant le coucher elle invite à la détente du corps et de l'esprit pour se préparer au sommeil.

Pour cet hiver, voici quelques exemples de plantes à infusion, pour vous réchauffer et vous immuniser. Vous pouvez les utiliser seules ou en complexes. Maintenant toutes les grandes surfaces proposent des tisanes Bio et vous les retrouvez aussi en magasins Bio, sur les marchés et en pharmacie.


Le thym : il sent bon la Provence et l'été ! Il est anti-infectieux et c'est l'ami de l'humain contre les microbes. Un grand classique.

Le gingembre : il réchauffe le corps et active les énergies. Un tout petit peu suffit. On le trouve en racines au rayon légumes.

La cannelle : elle est anti-infectieuse, anti-virale. Son petit goût épicé nous rappelle Noël !

La verveine : c'est l'alliée qui s'accorde avec toutes les tisanes ! Elle calme et apaise.

La mauve : elle a un goût très doux et calme la toux. Elle aide à expectorer et soigne les bronches enflammées...

La feuille d'ortie : contrairement à son nom elle ne pique pas ! Une grande dame amie de la naturopathie. Elle est très revitalisante, alcalinisante, elle stimule le système immunitaire et favorise l’élimination des toxines. On évitera juste de la ramasser au bord des routes où elle est polluée. On peut associer son goût particulier à un peu de miel et de citron.

Le romarin : lui aussi fait penser à l'été ! Il améliore la digestion et décongestionne le foie et fait circuler le sang. Parfait pour éliminer les toxines !

Le basilic : harmonise les énergies entre corps et esprit. Il calme la tête et apaise les spasmes.

La camomille : ma chouchoute pour la fin : c'est la reine de la douceur pour tous les âges... Elle calme, elle lutte contre les spasmes intestinaux lors de gastro-entérites et de vomissements. Elle purifie et nettoie le mental et l'âme. Une reine je vous dis !


Et vous quelle est votre tisane préférée ?


Mouvement Perpetuel

Publié le 10 juillet 2018 à 13:30 Comments commentaires (0)

Qu'est-ce que le Moi ?

Que suis-je moi en tant qu'être ?

Si je devais me définir, le pourrai-je ?


Nous sommes en perpétuel mouvement. Rien n'est fixe. Tout bouge. Tout change. Tout évolue sur Terre et dans tout l'Univers. Et nous bougeons dans avec l'ensemble. Il serait illusoire de croire que nous sommes une personnalité bien définie. Certes nous arrivons avec le bagage de nos expériences vécues, de nos rencontres, égo en avant. Mais ne nous arrêtons pas à ce seul état.


Le passé est passé. Le présent est présent au moment même où vous lisez ces lignes et où moi je les écris. Mais le moment où je les ai écrit est déjà du passé pour vous... quant à l'avenir, il n'est pas là. Il n'existe pas. Seul existe l'instant présent et donc seuls nous à cet instant précis sommes réellement nous... et pfff la seconde passée et déjà nous voilà changés.


Alors s'il vous plaît, ne nous définissons pas comme un être immuable. C'est seulement un concept. Accompagnons le changement en nous. Il fait partie de la vie.

Ne restez pas figé dans de vieux dogmes, de vieilles habitudes. Le champ des possibles est ouvert. 



Sport et Jeune pour bien relancer l'organisme

Publié le 31 mai 2018 à 0:15 Comments commentaires (2)



Article paru pour le site web La Santé dans l'Assiette :

http://www.lasantedanslassiette.com/au-menu/articles/sport-et-jeune.html


C'est le printemps, il fait bon et on voit fleurir dans les parcs et sur les trottoirs les adeptes du running, du yoga, du vélo, bref du sport en général. Peut-être en faites-vous partie. Que vous soyez adepte du sport en compétition ou sportif occasionnel, sachez que pour bien pratiquer votre activité sportive et ne pas vous épuiser, votre corps doit être 'propre'.



Sport et jeûne font bon ménage


Par propre, j'entends libéré de ses toxines. En effet, le sport décrasse. Par la sueur, il permet l'élimination des toxines qui étaient jusque-là maintenues en profondeur. Mais savez-vous que cela demande un gros effort à votre foie ? L'idéal est donc de soulager son travailler en pratiquant un jeûne intermittent. Ce jeûne favorisera votre récupération physique. Moins de courbatures, pas de crampes, pas de fringales, fonte de la masse graisseuse et nettoyage cellulaire.



Que se passe-t-il lors du jeûne ?

Le corps met au repos son sytèmpe digestif, ainsi il économise son énergie de 20 à 25%; énergie que vous récupérerez pour votre activité sportive. Le sang circule mieux dans tout le corps, y compris le cerveau. Ce qui permet une meilleure oxygénation, le sang transportant l'oxygène grâce à l'hémoglobine contenue dans les globules rouges, et une meilleure disponibilité des nutriments. De plus lors du jeûne, le niveau de glucose dans le sang baisse. En réaction le pancréas produit du glucagon et cette hormone envoie le message chimique au corps de puiser dans les réserves de graisse pour les transformer en glucose pour en remonter le niveau. L'ensemble diminuant le stress oxydatif si néfaste...


Et voilà, vous aurez compris comment le jeûne permet la fonte de la masse graisseuse et donc comment il potentialise l'effet amaigrissant du sport. Maintenant, vous vous posez tous la question suivante :



Comment fait-on et est-ce dur à suivre ?


Et bien non, rassurez-vous. Je vous propose de suivre un jeûne intermittent 16/8 : jeûner 16h sur 24. C'est-à-dire de prendre votre dernier repas vers 19h-20 et ne remanger que vers 12h-13h. Comme dit le dicton, qui dort, dîne ! Cela mettra votre organisme au repos avant une activité sportive sans à peine vous en rendre compte ! L'idéal est de suivre ce jeûne 48h avant votre activité physique. La veille mangez normalement mais légèrement ; surtout à base de glucides, légumes et de tisanes et de jus végétaux. Maintenez également vos apports protéiques. Mais surtout ne vous saturez pas en excitants (café, thé, alcool, tabac, sodas), et en sucres et graisses saturées.


Lors de votre jeûne, continuez à bien vous hydrater, au minimum 2L d'eau par jour. L'hydratation est très importante et ne doit en aucun cas être prise à la légère. Elle peut-être complétée avec la prise de jus de légumes et de tisanes. Pas de jus de fruits car le taux de fructose, qui est un sucre, sapperait le travail détoxifiant du jeûne.



Et entre les jeûnes?


Entre les jeûnes, pensez à apporter à votre corps des omégas-3 via les huiles végétales type lin, noix, courge, bourrache, bio bien sûr, ou via les petits poissons gras type sardines et maquereaux. Il n'y a pas de risques de carences sur une période aussi courte. Si vous pratiquez, le jeûne intermittent, vous ne vous en sentirez que mieux.


Jeûnez bien et sportez-vous bien !




L'obligation vaccinale

Publié le 5 mars 2018 à 6:50 Comments commentaires (0)

Dans le lien ci-dessous, vous trouverez une video de Serge Rader, pharmacien, qui prend la parole sur l'obligation vaccinale des nourrissons.

Il risque gros ce pharmacien à lancer l'alerte et prendre la parole. On ne peut que saluer son courage. Merci Serge Rader !

Je ne suis pas foncièrement opposée aux vaccins personnellement. Il y en a des indispensables en effet comme le DT-Polio.

Je regrette juste que :

l'état impose ces 11 vaccins sur des nourrissons qui sont par nature fragiles, leur système immunitaire n'étant pas encore mature, c'est forme de prise en otage de nos libertés fondamentales et de refuser de reconnaître à nous parents, notre pleine capacité de décision concernant la santé de nos enfants. D'autant plus que les médecins doivent normalement avant une vaccination procéder à un bilan de santé complet de l'enfant et fournir par écrit une information concernant le ou les vaccins et leurs effets secondaires. Beaucoup de médecins ne s'y risquent pas.

que les vaccins soient cultivés sur des souches animales ou des cellules humaines (oui ! On peut le lire sur les notices des vaccins ! ) : le principal problème étant qu'aucun fabricant ne peut garantir l'asepsie des cellules animales servant à la culture vaccinale.. ;

que les vaccins contiennent de l'hydroxyde ou phosphate d'aluminium qui migrera vers le cerveau (altère les fonctions cognitives) et freine l'absorption de fer - à titre d'exemple, une personne qui aura reçu le vaccin contre l'hépatite B, avec les rappels, se retrouve avec une concentration d'aluminium 20 à 40 fois la dose limite de l'eau potable (limite de 100 microgrammes d'aluminium par litre. Or, une personne vaccinée contre l'hépatite B en reçoit 1250 microgrammes par injection... Cherchez l'erreur...) ;

que les vaccins peuvent contenir des traces de formaldéhyde (formol) classé en juin 2004 cancérigène par le Centre International de Recherche Contre le Cancer ;

que les vaccins peuvent contenir des du phosphate de calcium qui à haute dose peut engendre des réactions sévères d'auto-immunité et du squalène qui augmente le stress oxydatif.

Je passe sur les autres agents de conservation, stabilisation, désinfectants, et solvants...

En soi, le principe du vaccin est bon. Il freine l'avancée de maladies et de pics épidémiques. Il ne les éradique pas toutefois. Quelque soit le vaccin, il ne protège pas à 100 % de la maladie. Il permet juste au corps de mieux reconnaître l'agent pathogène s'il se présente et donc de réagir plus vite.

Il est par contre regrettable qu'avec nos moyens technologiques actuels, on ne fasse pas l'effort de proposer un produit plus "propre" à la population. Les partisans des vaccins actuels diront que les effets secondaires sont très faibles et les risques graves minimes. Certes. Mais quand "ça tombe "sur votre enfant ? Des statistiques seront toujours des chiffres... derrière il y a de vraies personnes et de vraies familles.


Je vous proposerai dans quelques jours des idées pour aider le corps à se nettoyer des vaccins... En attendant bonne lecture et bon visionnage !


https://www.youtube.com/watch?v=d23sxJfPoGE&feature=youtu.be" target="_blank">https/www.youtube.com/watch?v=d23sxJfPoGE&feature=youtu.be

10 conseils pour se preserver des ondes des telephones portables

Publié le 16 février 2018 à 7:00 Comments commentaires (0)

Pour vous aidez à vous préserver des téléphones portables actuellement sur le marché et émettant des ondes nocives, je vous livre à présent 10 conseils :


1 - limiter son temps d'utilisation des téléphones

2 - préférer les sms aux appels

3 - ne pas dormir près d'un téléphone, à tout le moins, le mettre en mode hors-ligne ou avion

3 - choisir un téléphone un faible rayonnement, le DAS Débit d'Absorption Spécifique (et donc pas un de ceux de la liste d'hier) ; les fabricants sont tenus de l'indiquer sur la notice et les spécificités.

4 - Quand vous téléphonez, utiliser un kit mains libres ou le haut parleur plutôt que de coller le téléphone à l'oreille et donc contre votre cerveau

5 - En attendant que la communication soit établie, c'est-à-dire pendant la phase de numérotation, garder votre téléphone à distance de votre tête

6 - Ne conservez pas votre téléphone sur vous. Et si vous n'avez pas le choix, évitez dans une poche interne près du cœur et près des organes génitaux... Poser le sur un meuble par exemple, à l'écart de votre eau de boisson et de la nourriture, à l'écart aussi des animaux et des plantes.

7 - Eviter d'utiliser votre téléphone dans un espace métallique, comme une voiture... Car ce sont de vraies cages de Faraday et donc le téléphone doit émettre avec plus de puissance pour capter une antenne-relais.

8 - Eviter aussi pour la même raison que le 7 d'utiliser votre téléphone dans les endroits où le réseau est faible

8 - Vous pouvez vous protéger en installant un dispositif de protection EMF au dos de votre téléphone. Ou pour d'autres énergies, en portant sur vous une Orgonite (alliage de résine, métal et quartz).

9 - Buvez une eau de qualité (eau de source ou eau dynamisée ou eau osmosée) pour garder vos cellules dans un liquide interstitiel propre au niveau moléculaire et manger beaucoup de légumes et de fruits pour combler les carences. Les ondes des téléphones portables modifiant ces paramètres.


L'Elixir du Suedois

Publié le 13 février 2018 à 6:40 Comments commentaires (0)



Je vous partage cet excellent dossier de mon-herboristerie.com, bien instruit, sur l’Élixir du Suédois. J'en prends régulièrement et il me fait le plus grand bien. :):P

Pour ceux qui ne connaissent pas, l'élixir du Suédois est un macérat de plantes utilisé depuis le Moyen-Age mais la recette (qui a connu quelques variantes au cours des siècles) remonterait jusqu'à l'Egypte Ancienne.

Ses propriétés sont tonifiantes, dépuratives et digestives. En effet les plantes utilisées dans la composition sont soient laxatives, soit hépatiques et toniques. L'élixir facilite donc l'élimination des toxines de l'organisme, ce qui rend de l'énergie.

Il est utilisé pour son action digestive bien sûr, mais aussi pour améliorer la circulation sanguine, pour combattre la fatigue chronique, qu'elle soit d'ordre général, ou intellectuelle ou sexuelle..

On le prend généralement par voir interne, à raison d'un bouchon (ou 3 cuillères à café;) 2 à 3 fois par jour en cas de besoin rapide, ou 1 fois par jour en entretien. Dilué dans de l'eau car l'élixir du Suédois est très amer.

Vous trouverez ce macérat en préparation toute faite en magasin bio ou chez certains labos, sinon l'article donne aussi une recette à faire soi-même ! :P (recette que je n'ai pas testée, mais si quelqu'un veut essayer et nous en faire part sur ma page pro !)

il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne dégustation de votre Élixir !

https://www.mon-herboristerie.com/blog/elixir-du-suedois-panacee/


Plus d’informations sur l’elixir du suedois:

Vous pouvez trouver plus d’informations sur l’élixir du Suédois dans cette numérisation du livre de Maria Treben (La Santé à la Pharmacie du Bon Dieu):

https://fr.scribd.com/doc/17224383/Maria-Treben-La-Sante-a-La-Pharmacie-Du-Bon-Dieu

Allez directement à la page 59 de son livre.


Les omegas-3, protecteurs du coeur

Publié le 5 février 2018 à 4:50 Comments commentaires (0)



Les omégas-3 diminuent les risques d'infarctus et protègent votre cœur mais aussi votre cerveau. En effet manger du poisson plus de 2 fois par semaine diminue de 32 % les risques d'infarctus !

En effet, les oméga-3 sont bénéfiques pour les artères, ils contribuent à régulariser le rythme cardiaque, réduisent l’inflammation dans les vaisseaux sanguins et diminuent la viscosité du sang.

Ils agissent aussi sur les risques de dépression et d'anxiété.

Une étude de 2005 a mis en évidence que les omégas-3 agissent aussi sur le taux de cholestérol. Ils sont deux fois plus efficaces que les statines prescrites pour contrôle le taux de mauvais cholestérol (et qui sont sujettes à de nombreuses controverses actuellement du fait de leurs dangereux effets secondaires : diabète, atteinte rénale, atteinte hépatique, obésité...).


On trouve naturellement les omégas-3 dans notre alimentation, à savoir :

- les poissons gras (maquereau, sardine, hareng à privilégier car ils contiennent moins de métaux lourds contrairement à la truite et le saumon qui sont de gros poissons et par leur alimentation carnivore s'empoisonnent davantage) ;

- les amandes, pistaches, noisettes (mais pas salées !) ;

- l'huile de colza, l'huile de noix, l'huile de lin (bio bien sûr !).


Bien sûr une complémentation sous forme de capsules huileuses est toujours possible et dans certains cas, recommandé par votre thérapeute.



Sources : Dr Catherine Solano et Dr Philippe Presles, « Prévenir – Alzheimer, cancers, infarctus et vivre en forme plus longtemps », Editions Robert Laffont.

http://www.e-sante.fr/omega-3-maladies-cardiovasculaires-preuve-par-3/actualite/1180



Les méridiens, canaux d'énergie vitale

Publié le 2 février 2018 à 11:20 Comments commentaires (0)

Connaissez-vous les méridiens ?

Ce sont des canaux d'énergie vitale (le Chi ou Qi) parcourant toute la surface de notre corps. il y en a 71, chacun associé à son propre organe du corps.

En médecine orientale (en Chine, en Inde, au Tibet et au Japon), on considère que si un de ces canaux (ou fleuves ou nadis) est bloqué, le Qi est bloqué et l'énergie vitale ne peut pas circuler correctement. C'est le début d'une maladie qui redescendra ensuite dans notre corps physique.

Les réflexologues, les masseurs bien-être et les acupuncteurs travaillent à débloquer les méridiens. En acupuncture, les aiguilles sont placées sur des points centraux des méridiens (un peu comme des échangeurs sur une autoroute) pour calmer ou dynamiser le point selon les besoins. au Japon ces points centraux sont appelés des tsubos.

A noter, sur les 7 chakras du corps correspondent 7 tsubos, nos 7 glandes, les 7 couleurs de l'arc en ciel et les 7 notes de la gamme... Mais ceci sera l'objet d'un autre article. :-)


pour plus d'infos, un article bien fait de Thérapeutes Magazine :

https://therapeutesmagazine.com/meridien/?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter+hebdo

La bette carde

Publié le 26 janvier 2018 à 6:00 Comments commentaires (0)


Voici la présentation d'un légume bien sympathique et peu connu alors qu'il possède des propriétés alimentaires (et donc thérapeutiques ;) ) tout à fait intéressantes :

La bette à carde 

On peut consommer les tiges et les grandes feuilles de la bette à carde. Crue en salade ou cuite en soupe par exemple. Son goût rappelle celui de l'épinard, en moins fort.

Des études ont montré que la bette à carde a taux élevés d'anti-oxydants, flavonoïdes et acides phénoliques. Ce qui en fait un aliment de la lutte anti-cancer, des maladies cardio-vasculaires et du diabète.

Les grandes tiges sont également très riches en minéraux (fer, magnésium, cuivre et manganèse surtout) et de vitamines (A et K surtout). Du fait de la présence de la vitamine K, attention pour les personnes sous anti-coagulants de consommer qu'en toute petite quantité ce légume.

Par ailleurs la bette à cardes contient naturellement des oxalates, ce sont des composés participants à la formation des calculs rénaux (pierres dans les reins). A éviter donc si vous êtes sujet aux lithiases urinaires.

La bette à carde est consommée depuis l'Antiquité. Elle a un ancêtre commun avec la betterave, mais contrairement à cette dernière introduite que tardivement dans notre alimentation, l'humain a toujours consommé de la bette à carde. Son nom vient du latin carduus, "chardon". En effet on désignait de la même façon au XIIIe siècle le chardon et la bette car on peut consommer également les grandes tiges du chardon (sans les piquants bien sûr et dont la saveur rappelle le concombre !).

Sur ce, bonne cuisine et bon appétit !


Rss_feed